Vous voulez savoir quoi voir et que faire au Havre en une journée ? Alors vous êtes au bon endroit ! Au revoir les idées reçues et bonjour les surprises dans cette ville de Seine Maritime. Entre patrimoine mondiale de l’Unesco, lieux d’Histoire, jardins et œuvres d’Art, Le Havre va vous séduire, tout comme moi !

Mea Culpa d’une Bas Normande

“Tu vas au Havre ? Tu as un rendez vous là-bas ? Pour visiter ???” Voilà le genre de réaction que j’ai pu avoir autour de moi lorsque j’ai annoncé que je partais direction Le Havre pour une journée. Il faut dire que Le Havre peut avoir mauvaise réputation autour de moi, en Basse Normandie.

Car oui, la Région Normandie, fut un temps, était bien séparée en deux régions distingues : la Haute Normandie et la Basse Normandie, là où je vis. Ici, quand on veut se balader en Haute Normandie, on pense à la belle et médiévale ville de Rouen, les falaises d’Etretat, Veules les Roses ou encore à Giverny mais jamais au Havre. “Le Havre, c’est moche, ça pue et ça pollue”. Voilà comment je connaissais la ville (merci les tribunes des stades de foot lors des derbys). Sauf que cette ville n’est pas qu’un gros port à conteneurs ou une cité de raffinerie remplies d’immeubles en béton gris !

Le Havre, je l’ai découverte par un beau soleil d’été, dans ses ruelles calmes et reposantes d’un jour de semaine. Pas de bétons ternes et sombres, mais rose et ocre. Pas de nuages gris, mais bien un beau ciel bleu et les embruns de la mer, pas de morosité mais bien du peps et des couleurs partout !

Cette ville est remplie de trésors insoupçonnés ici et là, et je m’en veux presque de n’y avoir pas fait un saut plus tôt. Le Havre ça vaut le coup et je vais vous le montrer.

Le Havre en une journée : découvrir son centre ville, Patrimoine Mondiale de l’Humanité

On m’avait dit que Le Havre, c’était triste et gris, tout bétonné, rempli de hautes tours. Je vous avoue qu’en descendant du train, je me demandais dans quelle aventure je m’étais lancée. J’ai alors commencé à suivre à pied la ligne du tram qui mène à la mer.

Première bonne surprise : marcher sur ce Boulevard de Strasbourg est agréable. La rue est large, aérée, des arbres tout du long, avec quelques jolies immeubles. Où est le gris ? Je sens déjà l’air de la mer, sa plage de galet et la glace que je vais engloutir au goûter. Clairement, dès ce premier quart d’heure de marche, je sens que mes idées reçues vont se dissiper.

La Reconstruction à la mode de Perret

Nous avons avec Monsieur A. pris la direction du centre ville pour rentrer directement dans le vif du sujet. Et nous nous posions l’ultime question : avions nous eu tord ou raison de passer notre journée au Havre ? C’est là qu’on a découvert les immeubles datant de la reconstruction.

Si la ville a la réputation d’être une cité de béton, c’est à cause de son architecture de la reconstruction si particulière. Il a fallu faire vite et bien. Imaginez : les nuits du 5 au 11 septembre 1944, les alliés balancent 1800 tonnes de bombes ainsi que 30 000 engins incendiaires au dessus du Havre. En quelques jours, les havrais voient leur cité détruite à plus de 85% et elle devient la grande ville la plus détruite de France. 80 000 sinistrés qu’il fallait reloger. On demanda alors à Auguste Perret, maitre du béton armé, et son équipe, de se charger de la Reconstruction. Le béton armé est la solution : c’est solide, ça dure dans le temps et c’est moins cher ! C’est parti pour 20 ans de reconstruction sur 130 hectares et pour 10 000 logements.

Se balader au Havre, c’est faire face à un pan sombre de l’Histoire, à des vies bouleversées et détruites. Mais c’est aussi se rendre compte des prouesses techniques de la reconstruction , de la solidarité et de la pugnacité de ses habitants. Il faut absolument visiter certains lieux pour en comprendre toutes les facettes et mieux apprécier l’architecture locale.

Visiter l’Appartement Témoin Perret

L’appartement Témoin Perret reproduit exactement le mode de vie et les aménagements tel qu’Auguste Perret l’avait souhaité pour la reconstruction du Havre. Il se trouve dans des ilots d’habitations qu’on nomme les ISAI (Immeubles sans affectation individuelle). On y apprend beaucoup de choses sur la reconstruction et les choix architecturaux pris à l’époque : chauffage collectif à air pulsé, double orientation, vraie pièce de vie, et surtout des toilettes et une salle de bain ! La visite de l’appartement nous plonge dans le mode de vie des années 50 grâce aux meubles fabriqués en série et toute la décoration. La visite guidée est extrêmement instructive mais je dois avouer que je fut parfois distraite. En effet, je retrouvais des objets du quotidien que je pouvais voir chez mes grands parents et arrières grands parents. Madeleine de Proust et nostalgie !

Appartement Temoin Perret, visite via la Maison du Patrimoine

L’Hôtel de Ville et sa place

L’Hôtel de Ville d’origine fut détruit, vous vous en doutez. On hésita beaucoup à reconstruire à l’identique mais vu la construction des ISAI à coté, on décida de rester dans la même veine architecturale. On choisit alors d’en faire une tour pour casser avec le coté horizontal des ilots avoisinants même si beaucoup de havrais avaient peur que leur ville devienne une cité de gratte ciel à l’Américaine. Son coté droit et classique est complétement atténué par sa grande place attenante. Verdure, fontaines et jeux d’eau en font un endroit extrêmement agréable et reposant. Vous pouvez même parfois monter au 17eme étage pour profiter d’un magnifique panorama sur la ville.

Dans l’axe de l’Hôtel de Ville se trouve la rue de Paris qui s’inspire librement de la rue de Rivoli de la capitale, avec ses commerces sous les arcades et entresolés.

L’Eglise Saint Joseph

C’est un Chef d’Œuvre, point à la ligne. Moi qui suit amatrice des visites de lieux de culte au grand dam de Monsieur A. que j’emmène dans chaque église, mosquée ou temple que je vois, je n’aurais jamais imaginé autant apprécier cet endroit.

L’extérieur est déjà bien surprenant. Elle n’a pas la forme habituelle en croix, mais plutôt en carré. Son haut clocher de 107m se remarque de très loin et sa pointe me faisait penser à une sorte de «Chrisler Building» normand. Mais c’est à l’intérieur de l’édifice que la magie opère. L‘art religieux se mêle à l’architecture moderne. La structure en béton armé du clocher est comblée de plus de 12 000 pièces de verres qui illumine de plusieurs teintes l’intégralité de l’Église Saint Joseph. On a l’impression d’être dans un kaléidoscope géant !

Eglise Saint Joseph, à l'angle de la rue Caligny et Louis-Brindeau. De 10H à 18h

L’île St François

L’île Saint François est un quartier qui se situe entre le Bassin du Commerce, le Bassin du Roi et le Bassin de la Barre. Pratiquement toute cette zone a été détruite pendant les bombardements mais à l’inverse du restant de la ville, on décida de reconstruire en suivant les tracés originels du XVIIIème siècle. C’est un des rares vestiges du vieux Havre.

Vous pourrez y voir la Maison de l’Armateur : une des plus jolies bâtisses de la ville, vestige du XVIIIème siècle, dans laquelle on y découvre la vie havraise de 1750 à 1850. Juste à coté se trouve la Halle aux Poissons qui est en cours de réhabilitation pour devenir un lieu culturel et festif. C’est aussi une jolie pépite de la reconstruction.

Marcher ensuite jusqu’au Salon de Coiffure au 1 rue du Petit-Croissant. C’est ici que Daniel Lecompte y exerce son métier depuis 70 ans. Sa boutique et sa vitrine sont un véritable musée rempli d’objets et de matériels de coiffure datant de l’après guerre jusqu’aux années 60. Coiffeur des marins et ayant exercé sur le paquebot France, il possède une collection de petits mots pleins d’affections de leurs parts, mais aussi des maquettes de bateaux, …

Un peu plus loin se trouve le Musée-Hôtel Dubocage de Bléville, ancienne maison à pan de bois recouverte d’ardoises, qui accueille régulièrement des expositions. Elle appartenait à l’armateur, navigateur et corsaire du Roi, Michel-Joseph Dubocage de Bléville.

Enfin, je vous propose de vous installer en face du Bassin du Commerce, devant l’Hôtel Mercure en fin de journée, pour voir la ville prendre une teinte rose orangée. D’ici vous avez vu sur la passerelle du Bassin du Commerce, l’Espace Culturel Oscar Niemeyer, et l’Eglise St Joseph.

Maison de l'Armateur, 3 Quai de l'Île
Le Salon des Navigateurs, 1 rue du Petit-Croissant
La Halle aux Poissons, Quai de l'Île
Le Musée-Hôtel Dubocage de Bléville

Le Havre : A la poursuite des Œuvres d’Art

L’Espace Culturel Niemeyer

L’Espace Culturel Niemeyer porte le nom d’Oscar Niemeyer, l’architecte qui imagina la ville de Brasilia et qui la fit sortir de terre. Appelés les “Volcans” pour leurs formes tout en asymétrie, ces deux bâtiments blancs et lisses se démarquent du béton ocre et rose de Perret. Le plus gros “Volcan” est une scène nationale, l’autre est une bibliothèque complètement hors norme dans son aménagement qui vaut le détour.

Le Havre et l’Art en ville

Ici et là, surtout en période estivale lors de l’évènement “Un été au Havre“, la ville cache de nombreuses œuvres d’arts. Certaines sont éphémères mais d’autres font définitivement parties de la ville et en deviennent même des symboles comme Catène de Containers. Ce sont deux arches colorées composées de 36 conteneurs. Couleur sur la Plage est un algorithmes généré à partir du décret fondateur du Havre qui détermine la répétition de combinaisons sur les cabines de plages. De quoi donner du peps à la plage de galet gris.

Pour mieux les découvrir, je vous conseille d’obtenir une carte à l’Office de Tourisme avec plusieurs parcours pour découvrir la ville et la localisation de toutes les œuvres.

Office de Tourisme Le Havre-Etretat, 186 Bd Clemenceau

Le Havre : Coquillage et Crustacé

On a passé le milieu d’après midi au bord de la plage en commençant à marcher vers Porte Océane (terminus tramway). Et peu importe ce que vous avez pu entendre, la mer était vraiment très belle ! Avant toutes choses, on a commencé à dévorer goulûment une glace chez Ortiz. Car que serait une promenade à la plage sans une note sucrée? Et c’est parti pour une balade sur la plage de galets ! Par contre, moi qui suit habituée aux plages de sables, j’ai fait rire quelques havrais. Je tenais absolument à mettre les pieds dans l’eau. Me voir marcher pieds nus sur les galets c’est comme voir quelqu’un marcher sur des braises. J’ai même supplié Monsieur A. de rapprocher mes chaussures sous le regard amusé d’un petit papi. Havrais, j’attends vos astuces !

Après être passés devant Up#3, l’œuvre permanente sur la plage, on arrive près des fameuses cabines de plage colorées et la balade tout le long de la promenade est des plus agréables. On arrive en une vingtaine de minutes à Sainte Adresse, puis enfin, un peu plus loin, à la plage du bout du Monde.

Les Jardins suspendus : entre serres tropicales et panorama

Pour finir l’après midi, on a décidé de prendre nos petites jambes et de grimper vers les Jardins Suspendus. C’est parti pour une bonne vingtaine de minutes de marche en partant de la plage. Nous avons mis personnellement une demi heure mais nous étions un peu lourds suite aux glaces puis aux gâteaux de chez Mazzoni que nous venions de dévorer…

Les Jardins suspendus se trouvent dans l’ancien Fort de Sainte-Adresse du XIXème siècle. On y trouve d’énormes serres avec des plantes plus ou moins rares venant des 4 coins du globes. Moi qui suis une accro aux plantes, j’étais ravie, surtout devant la serre tropicale remplis de pothos, de caladiums et de calathéas ! Je ne vous parle même de l’Anthurium Clavinervium, qui est une de mes préférées. Bref, j’étais comme une gamine.

L’autre grand intérêt des Jardins suspendus c’est le panorama qu’ils offrent. On a une magnifique vue sur toute la ville du Havre mais aussi sur l’estuaire de la Seine, Deauville, etc…

Que faire au Havre en un jour ? Panorama le Havre Jardins Suspendus

Et si on restait une journée de plus ?

Clairement, en une journée nous avons bien vadrouillé mais il reste encore de jolies choses à découvrir au Havre comme par exemple :

  • Le MuMa (Musée d’Art moderne André Malraux)
  • Port Center
  • Muséum d’histoire naturelle
  • Sainte Adresse et le “Nice Havrais”
  • L’abbaye de Graville
  • Le Fort de Tourneville

Les adresses qu’on a testé

Mazzoni

Cette pâtisserie, située près du front de mer, propose toutes sortes de jolis gâteaux mais nous y sommes allés principalement pour gouter leur fameux “Galet“. Crème onctueuse et cœur croustillant, au goût de vanille, de praliné, de café et de noix de pécan… Le visuel est à s’y méprendre et le gout est à se damner!

Mazzoni, 10 rue Frédéric Bellanger
Que faire au Havre en un jour ? Mazzoni

Glaces Ortiz

C’est une institution au Havre ! Depuis plusieurs décennies, le petit camion Peugeot attend les gourmands devant la plage d’Avril à Septembre. Les glaces sont faites maisons et une bonne trentaine de saveurs sont disponibles. Monsieur A. est reparti avec une glace “Kinder Bueno” et Panthère Rose” (chewing gum) alors que moi je me suis délectée d’un cornet à base de “Cannelle” et de “Violette”.

Ortiz, en face du terminus du tramway, porte Océane
D'avril à Septembre

La Petite Rade

Situé à la limite entre Sainte-Adresse et Le Havre, c’est un bar très agréable où il fait bon chiller. Situé sur le front de mer, on aime se rafraichir avec une petite pression en regardant le panorama. Bonne musique, bonne ambiance, il y a même de quoi commander à grignoter pour les petites ou les grosses faims.

La Petite Rade, 3 chemin de la mer, 76310 Sainte-Adresse
Que faire au Havre en un jour ? La Petite Rade

Crêpe Chignon

C’est une crêperie qu’on trouve dans le quartier St François. Cadre sympathique, super accueil, produits locaux… de quoi passer un excellent moment ! Monsieur A a dévoré une Obélix à base de pomme de terre et de Pont-L’Evêque, quant à moi j’ai jeté mon dévolu sur une Don Juan (chorizo, andouille de vire,…).

Crêpe Chignon, 28 rue de Bretagne

Comme vous avez pu le constater, Le Havre n’est ni moche, ni inintéressant, bien au contraire. Il y a des parcs et la mer juste à coté. L’art et l’architecture sont présents partout, à chaque coin de rue, même là où on ne s’y attend pas ! Alors découvrir le Havre en une journée c’est faisable, mais j’éprouve une certaine frustration à ne pas y être restée un petit jour de plus… En tout cas, vous ne pourrez pas venir au Havre sans y passer un bon moment. Si vous ne me croyez pas, venez tester !

S'abonnez à la Newsletter

Auteur

Je m'appelle Mélanie et je suis une accro aux voyages. J'aime les vivre mais aussi les préparer pendant des heures et des heures. Alors pourquoi ne pas en faire profiter les autres ?

ommentaire

  1. Joli paysage de carte postale. Lors de votre prochaine visite, je vous invite à prendre le tramway en direction de la ville haute (Caucriauville, Mare Rouge, Bois de Bléville…) ou le bus vers les quartiers historiques des dockers (Les Neiges, le Quartier de l’Eure). Vous réaliserez que le développement touristique du centre ville a un coût social supporté par les habitants des quartiers périphériques.

Vos commentaires :

%d blogueurs aiment cette page :